Home » Actualités

Représentation des connaissances et interprétation des images guidées par des modèles : apport de l’intelligence artificielle hybride

CONFERENCE

Séminaire d’introduction par Isabelle BLOCH, Chauire de recherche et d’enseignements SCAI en Intelligence Artificielle (SCAI / LIP6 / ISIR)

Le vendredi 20 novembre 2020, de 09H à 12H, en ligne

L’interprétation des images bénéficie de la modélisation des connaissances tant sur la scène observée que sur les objets qu’elle contient et leurs relations. Nous montrons dans ce contexte l’apport de l’intelligence artificielle hybride, combinant différents types de formalismes et de méthodes. Ainsi, les relations spatiales peuvent être modélisées en combinant des ensembles flous et une morphologie mathématique. Ces connaissances peuvent être introduites dans des modèles structurels tels que des graphes, des ontologies, des bases de connaissances logiques ou des réseaux de neurones, et le problème de l’interprétation des images est alors exprimé comme un problème de raisonnement spatial. Ces approches seront illustrées par des exemples en imagerie médicale, montrant l’intérêt de combiner plusieurs approches.

Lien d’accès au séminaire : https://us02web.zoom.us/j/86198882283

Sources : SCAI - Sorbonne Université

CONFERENCE

L’Isir, le LIP6 et SCAI ont l’honneur d’inviter le professeur Patrick Haggard lors du Colloquium virtuel qui se déroulera le mercredi 25 novembre à 18h00.

Le professeur en neurosciences cognitives à l’University College de Londres (UCL) interviendra sur la thématique « Responsibility for intelligent machines: a cognitive approach« .

Patrick Haggard leads the « Action and Body » research group at the Institute of Cognitive Neuroscience, University College London. During 2020 he holds the Jean D’Alembert visiting professorship at IEA-Paris/Paris-Saclay. His core research interests lie in the sensory and motor bases of human cognition. He has published several articles on the bases of voluntary action, agency and responsibility in the human brain. He has a specific interest in the technological ethics of human action, and has published on the ethics of VR.

Abstract : Much is written about « responsible AI » – but what does responsibility mean in this context?  This talk begins by considering the cognitive basis of human responsibility, in order to inform comparisons between human and artificial agents.  Human agents make a mental link between their intended action, and the outcome of that action.  I will show that this mental link underpins the everyday experiences of sense of agency and responsibility – which algorithmic systems currently lack.  Human agency has two specific important features, which make (most) humans safe agents for us to interact with.  First, human agents can step back from a current goal once circumstances mean that goal is no longer appropriate.  Many artificial agents still rely on a human over-ride to perform this stepping-back function.  Second, while human actions have low explainability (we often don’t know why we do what we do), they can have high fixability (we often change what we do, given appropriate learning signals).  Discussions about the explainability of AI should be replaced by discussions of fixability.  Last, I will consider the social dimension of human and machine action.  The human sense of agency and responsibility are carefully trained by society, through reinforcement and cultural learning in early childhood experience that we do not generally remember.  The public sphere is increasingly inhabited and shaped by artificial agents.  I will consider what cognitive attributes AIs will need to have in order for us to cohabit with them, as opposed to merely use them, or avoid them.

Lien d’accès : https://us02web.zoom.us/j/87354181409

Page web du Colloquium : https://www.lip6.fr/colloquium/

L’équipe Smart ArM (SAM) de l’Institut des Systèmes Intelligent et de Robotique (ISIR) participera les 13 et 14 novembre au Cybathlon 2020 – Global Edition. Cette compétition sportive s’adresse aux personnes en situation de handicap qui utilisent une technologie d’assistance. L’équipe SAM concourra dans la catégorie « Powered ArM Prosthesis Race » (course pour les personnes amputées avec prothèse).

Le Cybathlon est une compétition internationale unique durant laquelle les athlètes handicapés s’affrontent lors d’épreuves où les technologies d’assistance bionique sont autorisées. Au travers de ces épreuves, ils doivent réaliser des tâches de la vie quotidienne en utilisant les derniers systèmes d’assistance technique tels que des prothèses robotiques, exosquelettes motorisés ou encore des interfaces cerveau-machines.

Cette année, chaque équipe réalisera son épreuve dans sa base locale et filmera sa course. Depuis Zurïch, les compétitions seront diffusées via une plateforme pour un programme unique en direct.

La seule équipe française dans la catégorie « course avec un bras robotique »

L’équipe Smart ArM est portée par Nathanaël Jarrassé, chargé de recherche CNRS au sein de l’équipe AGATHE de l’ISIR et spécialiste en robotique de rééducation et d’assistance. L’équipe est constituée d’une quinzaine de chercheuses, chercheurs, ingénieures, ingénieurs, doctorantes et doctorants issus du domaine de la robotique ou des neurosciences. Les scientifiques sont soutenus par un groupe de médecins du service d’appareillage de l’institut régional de réadaptation (IRR) de Nancy (UGECAM Nord-Est) et d’un « pilote », qui défendra les couleurs de SAM en utilisant le prototype de prothèse développé par l’équipe lors de la compétition à venir.

(Une partie des) Membres de l’équipe Smart ArM (SAM). De gauche à droite : F. Vérité, J. Mago, A. Poignant, C. Drouot, C. Huchet, C. Marchand, N. Jarrassé, P. Gauthier, F. Richer, G. Le Buan-Mania.

Christophe Huchet est le pilote de l’équipe Smart ArM. Né avec une agénésie de l’avant-bras droit, ce sportif de haut niveau a été multiple champion de natation handisport et valide. Créateur de restaurants pendant 20 ans, il est aujourd’hui coach certifié et accompagne les dirigeants et dirigeantes de petites et moyennes entreprises.

L’équipe Smart ArM est la seule équipe française à participer à l’épreuve « Powered ArM Prosthesis Race » et une des seules avec un pilote né sans avant-bras. Elle présentera lors de la compétition un prototype très avancé de prothèse de bras (coude, poignet et main). Fruit de plusieurs années de recherche à l’ISIR, sur le contrôle intuitif et naturel basé sur le décodage du contrôle moteur chez l’homme, cette prothèse a été récemment brevetée.

Une technologie robotique d’assistance créée par l’humain pour l’humain

L’objectif de la participation de l’équipe Smart ArM est double. Il s’agit d’une part de promouvoir leurs innovations technologiques hors du laboratoire et de les tester et améliorer dans un contexte intense et stimulant de compétition. D’autre part, l’équipe espère attirer l’attention du grand public sur ces handicaps particuliers que sont l’amputation et l’agénésie de membre supérieur et sur les possibilités réelles (et les limites) des technologies robotiques d’assistance. Enfin, ils souhaitent mettre en avant le rôle majeur de l’humain dans ce couplage « homme-machine » dont le succès est trop souvent attribué à la seule technologie.

Prototype de prothèse de bras réalisé à l’Isir.

Entrez dans les coulisses de l’équipe Smart ArM et ne manquez rien des actualités. Rejoignez-les sur Twitter (@TeamSAM2020) et sur Instagram (@ team_smart_arm).


Contact référent : Nathanaël Jarrassé, Chargé de recherche CNRS, nathanael.jarrasse@sorbonne-universite.fr

Les robots vous passionnent, vous intriguent ou vous impressionnent ? De septembre 2020 à juin 2021, la série d’évènements #FutuRobot du CNRS en partenariat avec Konbini techno permettra à tous d’explorer la robotique sous toutes ses facettes, de la robotique humanoïde, à la robotique médicale ou bioinspirée.

Les robots ne cessent de susciter fascination et questionnement. Ces alliés grandissants de notre quotidien se trouvent déjà dans les domaines de la santé, de l’agriculture, de l’automobile, du transport, ou encore de l’exploration spatiale… Leur développement constitue pour beaucoup une promesse de réindustrialisation pour de nombreux pays, comme la France. De septembre 2020 à juin 2021, la série d’évènements #FutuRobot du CNRS donne l’occasion au public de découvrir la robotique d’aujourd’hui et d’interroger notre rapport à ces machines.

Campagne #AskCNRS sur les médias sociaux

FutuRobot vient d’être lancé sur les médias sociaux avec la campagne #AskCNRS. Les internautes peuvent utiliser cet hashtag pour poser toutes leurs questions sur la robotique. Des chercheuses et chercheurs répondront ensuite à leurs demandes via des vidéos publiées tout au long de l’année. Pour en savoir plus, ils pourront suivre #FutuRobot sur les réseaux sociaux et consulter le site internet de FutuRobot qui regroupe agenda des événements sur l’ensemble du territoire et ressources sur le thème de la robotique.

Le défi FutuRobot, un jeu de piste 100% numérique

Un rendez-vous est également donné le mercredi 7 octobre 2020 à 17h30 pour un jeu de piste 100% numérique et interactif à la découverte de robots de la recherche française. En direct sur la chaîne YouTube du CNRS et pendant près de deux heures, les spectateurs suivront les aventures de Marie Treibert, la nouvelle vidéaste de la chaîne YouTube Zeste de Science du CNRS, dans le Laboratoire d’analyse et d’architecture des systèmes du CNRS (LAAS-CNRS). Elle relèvera les défis lancés par les scientifiques et les robots rencontrés sur son chemin et ce, avec l’aide des internautes qui pourront participer en direct à cette carte au trésor de la recherche scientifique.

Retrouvez le dossier de CNRS le Journal dédié à la robotique ainsi que les que le contenu photothèque et vidéothèque du CNRS. Vous trouverez également plusieurs dossiers thématiques de la photothèque à ce sujet :

Une liste multithématique d’expertes et d’experts sur la robotique est également à disposition des journalistes.